Je tiens à t’écrire cette petite lettre pour te dire tout le mal que je pense de toi.

En effet,  j’ai retrouvé un travail et c’est sûrement pas grâce à toi. Tu ne m’a pas aidé, j’irais même jusqu’à dire que tu m’as mis des bâtons dans les roues volontairement afin que je prenne un emploi dont je ne voulais pas et que mon projet de reconversion n’aboutisse pas.

Mais c’est mal me connaître.

Tu n’as pas hésité à mettre ma famille et moi même en danger financièrement pour des raisons obscures. Tu n’as pas eu honte de me faire tomber dans la précarité entraînant par la même occasion ceux qui essayaient de m’aider.

Tu n’es, pour moi, qu’un incapable qui n’est là que pour respecter des quotas et se débarrasser de chômeurs en les rayant de ta liste afin de percevoir quelques deniers qui feront office de prime.

Oui, je sais bien que tu touches plus quand tu vires plus. Radier est ton sacerdoce. Et bien sûr, tu as des consignes plus abjectes les unes que les autres.

Tu brandis le drapeau du social et tu n’hésites pas à déclarer que ta ‘mission’ est de remettre le peuple au travail.

Soit. dans le texte, la cause est bien noble. Mais dans la réalité, nous savons tous comment tu agis. Pour toi, moins de demandeurs inscrits il y a, plus de travailleurs il y a. Tu sais bien que c’est faux mais c’est la soupe que tu sers à tes administrateurs et à Tonton Gouvernement afin de recevoir les honneurs et une augmentation de ton budget.

Tu n’es qu’un hypocrite doublé d’un monstrueux personnage qui raye des vies entières grâce à tes dents pointues qui crissent sur le parquet.

Tu n’es pas une entreprise humaine, mais plutôt une machine de guerre envoyée au front pour combattre le chômage et la précarité. seulement, tu confonds chiffre d’affaire et bénéfices en envoyant des fantassins demandeurs d’emploi en première ligne.

Toi, tu t’en fous d’eux, ce ne sont que des « cas sociaux ». S’il crèvent la dalle, c’est pas ton problème. Après tout, « ils ne veulent pas travailler ces branleurs ». Et si ils crèvent tout court, ça t’arranges bien aussi. Tu ne craches pas sur quelques  chômeurs en moins.

Tu es comme ça. Tu fais des généralités. Comme toujours, une minorité de personnes te font penser large. Tu n’es pas futé mon ami. En même temps, si tu refléchissais un peu, tu constaterais que vraiment, tu n’es pas compétant pour ce travail.

Je ne dis pas que j’y arriverai mieux que toi, je suis incapable de tant de cruauté. mais moi, j’ai été un de ces fantassins. j’ai été en première ligne. Et si j’avais été faible, je serais tombée dans la spirale du RSA et consorts. Moi aussi je serais allée au Resto du coeur pour faire manger ma famille.

Je n’ai rien lâché. Et sûrement que tu t’en fous, mais pour moi, c’est un victoire contre toi.

Tu m’as enfoncée, tu m’as trahie, tu m’a fait vivre un enfer quotidien afin que je cède et que je sorte de tes quotas.

J’ai tenu, malgré les difficultés que tu m’as imposées. malheureusement, tout le monde ne tient pas de la sorte.

Tu peux te vanter d’être le meilleur de ta catégorie. Aucun chiffre ne le certifie, mais à mon avis, tu es même au dessus de France Télécom.

J’ai toujours pensé que tu faisais ça pour t’amuser. Je le pense encore, mais je crois que tu es aussi un sadique. Tu aimes persécuter les demandeurs d’emploi. Et le pire, c’est que sans toi, ils seraient relégué au rang de sous merde.

Oui, parce qu’en bon seigneur que tu es, tu leur donnes de quoi vivre. Bien sur, certain ont ta préférence car ils reçoivent plus que d’autres. sauf que ton vrai plaisir, c’est de descendre tout ce petit monde plus bas que terre. Tu veux que le demandeurs d’emploi se sentent inutile et incapable de travailler. Tu aimes que le chômeurs se sentent complètement stupide et que sa vie c’est juste une daube finie.

Il y a certains de tes employés qui eux, croient encore aux bienfait de leur travail. Mais toi, tu fais comme avec tes demandeurs d’emploi, tu leurs colle des restrictions pour être sur qu’ils ne peuvent pas aider les chômeurs à s’en sortir.

Alors moi je te dis tout ça, Paul Emploi, pour me défouler. c’est égoïste. Certes. Mais je sais bien que cette lettre, tu t’en fous comme de ta première chaussette. Et je sais d’autant plus que tu ne feras rien pour que ça change. Tu n’as aucune envie de chambouler tout ton monde pour revenir à ta mission première qui est d’aider les chômeurs dans leurs démarches afin d’accéder à l’emploi. Evidemment, nous savons tous que tu préfères faire l’inverse pour la simple et bonne raison que tu t’en fous plein les fouilles en plus de te procurer un plaisir immense.

Pourquoi aider ces imbéciles de chômeurs alors qu’en les foutant dans la merde en pondant des articles de lois, tu peux radier à tout va sans raisons valables et au passage ramasser des primes pour tes vacances?

C’est vraiment un bon job que tu as. Ne t’en sépare pas si tu veux être à l’abri dans ton bureau. Et ne te fais pas remarqué une fois en dehors de ta petite agence. On ne sait jamais.

Je te conchie et je te souhaite un jour, d’être de l’autre coté du miroir et de connaître toi aussi les envies d’en finir et les anti dépresseurs.

Cordialement.

Maman Bobo