Ma vie et moi, on est pas copines.

Je pense qu’elle doit tellement de détester qu’elle fait tout pour me pourrir. Soyons clairs, je vis dans la galère depuis toujours…

Galère affective: jusqu’à ce que je rencontre mon homme, je n’avais pas de famille. J’ai été séparée de mon frère alors que j’avais 5 ans et lui 3. Je ne connais pas mon père. D’ailleurs j’ai cru pendant longtemps que le père de mon frère était le mien aussi. J’ai vu mon grand père maternel trois fois dans ma vie. Et le reste de cette famille pareil…

Galère financière: De petits boulots en petits boulots, ma mère à fait ce qu’elle a pu. Elle était seule, elle bossait au Quick, on vivait dans un HLM, un appart pourri, délabré. J’ai toujours connu le manque de moyen. On avait des période fastes mais ça durait qu’un temps. Ma mère était reine de la dépense. Elle me l’ transmit.

Galère de stabilité: être élevée par une mère instable est signe de déménagements, de changement de vie. Jusquà mes 10 ans, j’ai déménagé dans 5 villes différentes et dans chaque villes, plusieurs apparts, on ne restait jamais plus d’un an au même endroit.

Galère psychologique: J’ai vécu dans les mensonges et les non-dits de ma mère depuis ma naissance. Mon enfance est flou, comme si je vivais sans mes lunettes depuis toujours. Et plus les jours passent, plus les vérités éclatent.

Bref, j’ai pas eu les repères et les limites dont chaque enfant a besoin pour se construire.

Et pourtant, j’ai essayé de vivre correctement ma vie. je me bagarre chaque jour pour qu’elle soit meilleur.

Il fut un temps où j’ai commencé à prendre le même chemin que ma mère. Mentir, fuir sans cesse plutôt que d’affronter les problèmes. J’ai beaucoup culpabilisé de cette période, je m’en voulais beaucoup de tous ces mauvais choix. Mais finalement, j’ai fini par me rendre compte que je retracé le chemin de ma mère parce que je n’avais connu que ça et que c’est comme ça que j’ai été élevée.

J’ai donc pris ma vie en main et J’AI choisi les chemins que je voulais prendre.

Sauf que… Ma vie me déteste, ou elle veut me faire payer un truc, je sais pas. J’ai eu un parcours chaotique, je pensais qu’au bout d’un moment, ça se calmera, que je pourrai enfin me lever sans me dire « encore une journée pourrie à me bagarrer contre tout ». Eh bah non. J’y ai pas droit.

Parce que quand enfin, j’adhère à une vie « normale », il y a un truc qui déconne et fout tout en l’air…

Le boulot par exemple. J’ai un parcours pro très naze. je n’ai pas poussé les études. C’était pas fait pour moi. Et dans mes tentatives de trouver la bonne voie, j’ai toujours était dissuadée ou rabaissée parce que j’étais incapable…

Du coup, je me retrouve à faire le boulot que ma mère a choisi histoire que je gagne un peu d’argent.  Ca me tombait tout cru dans la bouche vu que c’est elle qui m’embauchait. J’ai même repris sa propre place à une époque.

Bref, j’ai toujours galéré jusqu’à ce que je trouve enfin une voie qui me convient.  Formation et recherche active on fait que je trouve un emploi stable, bien payé et pas loin de chez moi. Touts les atouts pour enfin avoir un peu de stabilité!

Mais voilà, ça ne se passe pas comme prévu et je me retrouve quelques mois plus tard à en être malade, à y aller en reculant…

Et maintenant, j’ai 2 choix: Soit, je reste et je me bousille la santé. Soit, je le quitte et je mets la famille dans la galère financière le temps de trouver autre chose.

J’ai des projets, des tas. Mais comme à chaque fois, je ne vais pas au bout. Je ne vais pas au bout parce qu’à chaque fois, je suis seule. Personne ne me suit. personne n’a assez confiance pour me laisser essayer. J’ai l’impression d’être toujours seule. Seule face à tout ça. Je ne sens pas le soutien dont j’ai besoin parce que les personnes proches de moi, ne comprennent pas. Et si elles ne comprennent pas, c’est parce qu’elles n’ont pas eu la vie que j’ai eu. Je ne leur jete pas la pierre.

Je voudrais juste une fois dans ma vie, avoir une seule année tranquille. Ca fait 31 ans je n’ai pas eu de vie « normale ».

Je me cache derrière l’humour mais en vrai, je m’effondre et j’ai beau en parler, j’ai l’impression de ne rien pouvoir y faire.

Un billet fouilli, mais j’m’en fous. Si j’avais pas ce blog, je serais bien plus bas…