C’était avant les gosses…

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans vivant dans ma maison ne peuvent pas connaître…

Quand on est parent, on se plaint souvent d’avoir une vie sociale moins développée par rapport au temps ou nous étions sans enfants. On se rappelle les soirées de foulie, les vendredis et les samedis, et même les autres jours de la semaine. On avait envie de faire telle ou telle chose, bah on les faisait. Décider de partir à Breck Sur Mer à 23h50, allez banco! Une envie soudaine de pizza à 16h et hop direction le bouge du coin. Se coucher à 6h et se lever une heure plus tard pour aller bosser avec encore du sang dans l’alcool! Même pas peur!

On croit qu’on était plus libre de faire ce qu’on voulait quand on le voulait. Il n’y avait aucun samedi soir devant la tv. Ou alors devant la tv avec douze potes et des bières.

On se dit que depuis qu’on a des enfants, on sort moins et on ne peux pas sortir si facilement pour des soucis de logistiques, de nounou, de matos toussa toussa…

Mais c’est faux!

Qu’est ce qu’il nous empêche de décider de partir en week end sur un coup de tête? De bouffer au mac do à 16h ou de sortir au resto à la dernière minute?

On se planque sous le couvert des gosses, mais on peut le faire! Faut juste s’adapter!

Au lieu de partir là tout de suite, on attend demain matin. On emmène les gosses au resto après tout, eux aussi ont le droit de « sortir » et de profiter d’une bonne soirée!

Quand on a des gosses, notre vie sociale ne s’arrête pas, elle évolue!

Enfin, on y croit…. Très fort… Très très fort! Ça évite de sombrer dans la dépression!

Parce qu’en vrai, faut pas se leurrer. Il y a un avant et un après… Et c’est la merde! On a signé quoi…

On ne peut plus sortir que ça soit prévu ou à la dernière minute. Parce que quoi qu’il arrive, les gosses, ils vont être casse c…. Et va falloir les avoir sur le dos! Même pas on peut se torcher tranquille!

Nan y a pas, pour sortir, faut une nounou ou les coller chez mamie!

Viesociale

 Credit image Nathalie Jomard

Faites des gosses qu’ils disaient! Heureusement que le bonheur  de les avoir est incommensurable hein!