Pollux vit à 600kms de chez nous.

Je ne donnerai pas les raisons ni le pourquoi du comment, c’est privé et contrairement à ce que tu crois, je ne te dis pas tout et je garde une partie de mon jardin secret (quand même).

Nous vivons loin l’un de l’autre depuis quelques temps, c’est dur. Dur parce que je ne le vois pas grandir. Il devient ado et moi, je ne suis pas là pour l’aider à traverser cette étape importante de sa vie. Je suis là à mi-temps finalement.

Je loupe les premiers émois. Je ne connais pas ses profs, ses amis. Je ne sais pas quels devoirs il fait, ce qu’il mange à la cantine ou à quoi il aime jouer avec ses copains.

Je ne suis pas là physiquement pour ses questions ou pour discuter à tout moment. Le téléphone, il n’aime pas ça. Le visio non plus. On ne communique que par SMS, la seule chose qu’il accepte.

Il est à la maison pour les vacances et le reste, il est au collège. Pas seul, heureusement. Là bas, il est entouré et accompagné par des gens qui l’aiment et qui sont là pour remplir le manque de nous (oui c’est pas français, j’avoue).
J’aimerais qu’il en soit autrement parfois, mais au final, ce gamin intelligent est très bien là bas. Il n’est pas malheureux.

Il nous manque beaucoup, la maison est vide, sa chambre est vide sans lui. Chucky, elle ne le vit pas trop mal. Elle sait qu’il est là pendant les bons moments et qu’on ne subi pas le stress du collège et le speed du quotidien.

Mais quand il revient pour les vacances, on en profite à 1000%. On  n’a pas besoin de courir après le car scolaire, les cours, la perm, les devoirs, les mots à signer, les réunions parents profs, et tous les trucs chiants qu’implique le collège.

N’empêche que j’aimerais bien les vivre ses trucs chiants.

C’est ni blanc, ni noir. C’est gris ou mitigé cochon dinde si tu préfères. Je suis contente mais triste à la fois. je voudrais qu’il soit là tout le temps, j’ai l’impression de rater une partie de sa vie.

Maman à mi-temps, c’est pas drôle. mais c’est comme ça. On s’y habitue et on attend les prochains moments ensemble.

Faut se dire que c’est un entraînement pour quand il fera ses études encore plus loin!

(désolé, article en vrac mais faut que ça sorte!)

On est pas beaux là!
On est pas beaux là!

Harmony (qui ne sait plus dans quel étagère)