Tu connais ma poisse légendaire hein, bah elle a encore frappé !

L’autre jour, nous  partions en week-end en Picardie, mais avant ça, nous décidons de nous offrir un Gras Burger  parce qu’on avait la dalle quoi.

Jusque là, tout va bien. On prend la route et 5 minutes plus tard, je cherche Patrick-Platane mais en vain. Il n’est dans aucune de mes poches, ni dans mon sac à main, ni tombé par terre, ni dans les vides-poches, il est nulle part bordel !

Patrick-Platane, c’est mon Iphone (oué cherche pas hein).

Et il a disparu. Putain, ma vie a disparu ! Le drame ! On décide de s’arrêter, enfin je hurle à Bruce de stopper cet engin de métal parce que je suis sûre qu’il a essayé de bouffer ma vie, mon bébé, mon Patrick-Platane (le truc avec les roues, pas Bruce) (je ne me suis pas comprise moi même hein…).

J’ai envie de mourir.

Je retourne toute la voiture, je cherche partout et il n’est pas là. C’est pas possible, Patrick-Platane ne peut pas m’avoir laissé comme ça, sans même une lettre. Et il ne répond même pas quand on l’appelle ! Il n’a pas le droit de me quitter bordel, il n’a pas le droit, d’ailleurs qui a le droit, qui a le droit, qui a le droit  d’faire ça, à un enfant qui croit vraiment c’que disent les grands ? (Pardon, je délire, l’angoisse sans doute).

J’ai envie de mourir et de dépecer des gens.

Devant ma détresse, Bruce tente de sauver encore une fois le Monde et me dit qu’on n’a qu’à le géolocaliser. Un brin d’espoir renait en moi. J’ai failli pleurer de joie quand nous avons vu qu’il était en fait, resté au Gras Burger.

Du coup, nous y retournons et je fonce voir à notre place si Patrick-Platane est là. Et bah en fait, il n’est pas là non plus…. Avec l’aide de la Manager de stars, nous le cherchons partout. Introuvable… Il est introuvable samayre !

J’ai envie de mourir, de dépecer des gens et de casser la gueule de Ronald.

Finalement, après des minutes entières durant lesquelles j’ai vu ma vie défiler, la Manager a une illumination. Nous avons donc retrouvé Patrick-Platane…. dans la poubelle… entouré de burgers éclatés et de frites mayo pré-mâchées. Miam… Il était resté sur le plateau et Bruce l’avait vidé pendant que j’étais aux toilettes. La loose…

T’es pas en train de te foutre de moi Patrick-Platane ?

Mais il a survécu à cette épreuve sans une goutte de coca sur la tronche. Je savais bien qu’il n’avait pas le droit de m’abandonner, et il s’est puni lui même !

Et pour finir, comme dirait Patrick (l’autre) « merci à qui, à quoi ? » Bah merci Jackie et Michel !

Harmony (poissarde)