Quand on fait des enfants, on ne s’imagine pas se retrouver dans des situations rocambolesques. Et encore moins qu’une situation banale peut vite dériver en cauchemar pour par grand chose.

L’autre soir par exemple, tout aller bien, on mangeait tranquilou notre repas du soir. On discutait et même qu’on regardait la télé. Il n’y avait rien qui augurait un changement radical de situation. Rien qui prédisait que la soirée se finirait mal.

Et puis, Chucky s’est mise à se curer le nez. Un joli Mickey en est sorti. Bruce lui dit alors de prendre un mouchoir pour s’essuyer. Mais Chucky approchait son doigt morvé en direction de son pantalon. Bruce voyant l’action se dérouler devant lui, lui dit alors de ne pas faire ça. Et tout en le regardant droit dans les yeux, elle essuya sa morve sur son pantalon…

Déjà, là, ça partait mal.

Ensuite, Bruce lui demanda pourquoi elle a fait ça alors qu’il lui avait bien spécifié de ne pas le faire. Et là, toujours en le regardant droit dans les yeux, Chucky lui dit texto : « je n’ai pas essuyé mon doigt sur mon pantalon ».

Oh putain samayre la flûte !

Donc, la mioche est prise en flagrant délit de bêtise et nous soutient mordicus qu’elle n’a rien fait. Ok. Ce soir là, j’étais pas d’humeur pour une énième négociation. Donc, ça s’est vite soldé en « va te coucher ».

S’en suit une heure de pleurs, de cris, de « vous êtes trop des méchants parents », de « vous ne m’aimez pas » avec toute la dramaturgie d’une enfant de 9 ans. On se serait cru dans une télénovela tellement ça sonnait faux et tellement c’était exagéré !

Et puis, tout a basculé.

On n’entendait plus rien. Plus de pleurs. Plus de cris. Rien. Normalement, le silence est d’or, mais on le sait, avec les enfants, le silence est suspect. Très suspect.

Après un certain temps, nous avons vu apparaître Chucky dans l’escalier, en pyjama et avec sa valise sur le dos. Elle descend, met son manteau, son bonnet et nous dit qu’elle s’en va. « Ah bon… Il est 22h30, tu vas aller où ? ». Je vais chez des copains ! Vous êtes trop méchants comme parents alors je vais habiter chez Mathys ! ».

Ok, donc arrêtez moi si je me trompe les gars. J’ai une enfant de 9 ans, qui a fait sa valise, qui est en pyjama et qui décide de partir vivre ailleurs, comme ça à 22h30 parce qu’elle s’est fait prendre en train de faire une bêtise alors qu’on lui avait bien dit de ne pas la faire.

NARMOL !

Je ne m’attendais pas à ça. J’étais partagée entre le fou rire, la consternation et la colère. Comment cette petite fille ose faire sa valise, nous défier en nous regardant droit dans les yeux et nous dire qu’elle quitte la maison ?!

Vraiment, on n’est jamais préparé à ce genre de situation !

On a renvoyé la petite effrontée dans sa chambre. Bruce et moi étions choqués devant tant d’audace. Mais en même temps fièrs que cette petite chose qui a l’air fragile soit en réalité si forte, si sûre de ses convictions et assez têtue pour aller au bout de ses idées. Et puis, nous avons fait le constat suivant :

Ça va être sympa l’adolescence…

Harmony (mère de Chucky)