Tu sais, j’aime bien gueuler contre les clichés pourris. Et niveau cliché, le magazine Marie-Claire fait fort. Cette fois, ils ont republié sur leur version web, un article de 2009 avec des témoignages de quelques hommes décrivant leur « femme parfaite ».

Evidemment, il ne s’agit là que de critères physique. Parce qu’on le sait, la « femme parfaite » n’est qu’un objet qu’on montre à la Terre entière donc, elle n’a pas besoin d’être intelligente, cultivée ou encore dotée d’un humour décapant.

A lire ici : « Qu’est-ce qu’une femme parfaite selon les hommes ? »

Avant tout, je tiens à clarifier deux choses : l’une est qu’on est encore une fois cantonné à un corps et juste un corps. L’autre est que les hommes choisis ne sont pas représentatifs de la majorité des mecs et heureusement !

Alors aujourd’hui, sur ce wonderful blog (quoi ?!), j’ai eu envie d’écrire une lettre aux corps des femmes :

Chez corps,

Que vous soyez minces, gros, grands, potelés, avec des os saillants, pas photoshopés, taille 34 ou taille 52, avec du ventre, avec des genoux chelous, avec des bras longs ou courts, avec des doigts boudinés ou tout petits, avec des hanches pulpeuses ou grasses, avec des cheveux filasses ou des cheveux bouclés, noirs, blanc, verts, jaunes, bleus, extra-terrestre et que sais-je encore, la seule vérité c’est que vous êtes uniques.

Unique. Vraiment. Il n’y a pas un seul corps égal au votre en tout point. Quelques similitudes tout au plus.

On veut vous faire croire depuis des décennies que nous sommes toutes pareilles. Que nous faisons toutes les mêmes tailles définies dans une fourchette de quelques chiffres. Parce qu’il faut ben vendre le concept, on nous abreuve de mannequins photoshopées en nous martelant qu’elles ont le « corps parfait ».

Mais le corps parfait est une illusion, tout comme la femme parfaite ou l’homme parfait. Le parfait n’existe pas. Le parfait, c’est une utopie, une religion. On veut nous faire croire qu’il existe alors à la place d’évangiles, on nous assène de revues toutes aussi dégoulinantes de conneries les unes que les autres. On nous assomme de régime, de sport, de bons conseils. Partout, tout le temps.

Tout bon principe religieux veut nous faire croire à un guide spirituel qui détient le « savoir ». Alors pour nos corps, le « savoir » est régie par des images irréelles de « fausses » femmes. Des femmes en papier glacé qui ne ressemblent même pas à elle-même. Et le prophète de la mode veut que nous lui ressemblons toutes.

Et tout ça pour plaire aux autres.

Mais qu’en est-il de nous ? Est-ce qu’on a le droit de se plaire à soi-même ?

Qu’elle idée stupide de vouloir plaire aux autres avant de se plaire à soi-même. On ne peut pas plaire à tout le monde et même si c’était le cas, ça n’a aucun sens si on ne se plaît pas à soi-même.

Femmes, comme hommes, nous sommes cantonnés dans des rôles prédéfinis : la femme avec un physique parfait et l’homme avec une femme qui a un physique parfait. Depuis toujours, on veut nous faire croire que c’est ça, la vraie raison d’être. Que le physique est la chose la plus importante dans nos vies. Nous avons été éduqués à ça. La preuve, nous critiquons toujours le physique en premier… Et autant dans les médias que dans notre vie de tous les jours, notre éducation est basée sur ça. il faut être beau. Parce que la première impression est la bonne.

Mais peut-être que la première impression serait encore meilleure si on se retrouve en face de quelqu’un qui s’assume, qui s’aime, qui prend la vie comme elle est et qui ne cherche pas à changer pour les autres. Peut-être que la première impression serait encore meilleure devant une personne cultivée, intelligente, ou drôle. Peut-être.

Nos cher corps,

Il n’y a pas de perfection et ce qu’on appelle les « défauts » n’en sont pas. Ils font notre individualité, notre marque de fabrique.

Alors au lieu de les effacer, de les cacher, utilisons les pour en aire une force. Cette force, nous nous en servons pour combattre les clichés et les idées reçues.

Vous pouvez penser que c’est facile de dire ça, que je ne suis pas légitime pour vous dire ça. Mais vous vous trompez. Moi même, j’ai détesté mon corps au point de ne plus le regarder. Moi même j’ai voulu le changer parce que je déprimais en lisant de magazines féminins ou en regardant d’autres femmes dans la rue.

Et puis, un jour, je me suis dit que putain, c’est consternant de perdre son temps à vouloir changer physiquement pour les autres, pour paraître. J’ai préféré m’élever autrement, repenser ma vie et définir mes priorités. Et bizarrement, mon corps a suivi et il a changé. Je n’ai pas perdu de centimètres ou de poids, mais il s’est transformé dans la glace. Mais en réalité, ce n’est pas lui qui a changé, c’est moi parce que je ne le vois plus comme avant. Maintenant, je le vois tel qu’il est et je l’aime ainsi.

Et comme dirait Marylin : « L’imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. »

Harmony (imparfaite)

P.S : Evidemment, chacun est libre de faire ce qu’il veut de son corps. Chacun dispose de son libre arbitre pour choisir sa vie et sa façon de vivre. Je ne critique en aucun cas celles et ceux qui veulent changer de physique, quelque soient leurs raisons.