Ok les gars, je vais gueuler… Parce que comme chaque année, le 8 mars est synonyme d’amalgames.

Et franchement, j’en ai marre.

Parce que non, je le redis pour la millième fois, le 8 mars n’est PAS la journée des femmes. VRAIMENT PAS. C’est la journée internationales des droits des femmes.

Ca veut dire quoi ?

Ca veut dire que tu peux remballer tes putain de fleurs, d’épilateurs en promo ou encore de lingerie sexy. Parce que tu sais quoi, CA N’A RIEN A VOIR !

Ce qu’on veut, nous les femmes, pour le 8 mars, c’est que personne n’oublie que partout dans le monde, des femmes sont exploités, considérées comme des esclaves quand elles ont la chance d’être considérées. Des fillettes n’ont pas le droit d’aller à l’école parce que ce sont des filles. Des femmes sont maltraitées, battues, lapidées juste parce qu’elles ont osé protester, conduire ou encore sortir sans leur mari. Des femmes sont excisées, brûlées à l’acide, mutilées juste parce qu’elle ont un vagin et pas un pénis. Des femmes sont violées, harcelées sexuellement, partout, tout le temps, dans la rue, au boulot et même à la maison. Des femmes gagnent encore moins que leurs congénères mâles. Et encore bien d’autres inégalités que je ne peux nommer ici sous peine d’en faire un documentaire en 100 tomes de 1000 pages chacun.

Ce qu’on veut aussi, c’est qu’on n’oublie pas tout le reste de l’année !

Pardon mais je n’en demande pas trop.

D’ailleurs, y a même une autre journée qui est tout aussi importante et dont tout le monde se fout : la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre. J’dis ça, j’dis rien…

Alors tes chocolats, tes manucures gratuites et tes « aujourd’hui pour la journée des femmes, c’est moi qui passe l’aspirateur », tu peux te les carrer au cul bien profond. Avec un peu de chance, ça va monter dans ton cerveau et tu te rendras compte de l’énormité de tes propos ! Et non, je n’ai pas mes règles…

Je suis fatiguée de voir fleurir (sans mauvais jeu de mots) des putain de pubs promotionnelles prônant la « journée des femmes » juste pour vendre des merdes. Je suis fatiguée que l’amalgame soit fait et que, par ces pubs, ces promos, c’est conneries sur les réseaux sociaux, tout le monde oublie la vrai raison de cette journée.

Ah oui pardon, les victimes on s’en fout et acheter des fleurs c’est plus important….

BAH NON !

Tu veux faire quelque chose, ok. Mais n’achète pas de cadeau pour ta femme, ta mère, ta soeur. Fais plutôt des dons à des associations qui ont vraiment besoin d’argent pour venir en aide aux victimes et pour délivrer des messages important genre « on ne viole pas, on ne tabasse pas, on n’excise pas, on ne fait pas de mal aux femmes et à n’importe quel être sur Terre d’ailleurs ». Crois moi, elle sera encore plus heureuse et fière de toi si tu faisais ça.

D’ailleurs si on convertissait tous les putain de bouquets de fleurs acheté ce jour là, ça ferait un paquet de pognon ! Je suis sûre que ce paquet de pognon serait bien utile autrement…

La saint Valentin peut être une fête commerciale. La journée des droits des femmes non. C’est un sujet trop important et il y a encore beaucoup trop de luttes à accomplir et encore beaucoup d’acquis à défendre pour en faire une putain de fête commerciale !

P.S : tu veux en savoir plus sur cette journée ? Bah lis ceci :

« La Journée internationale des droits de la femme trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote. En 1977, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant la Journée des Nations Unies pour le droit de la femme et la paix internationale, reconnaissant le rôle important de la femme dans les efforts de paix et dans le développement.

Le 8 mars est une journée de rassemblements à travers le monde et l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des événements partout dans le monde pour :

  • fêter les victoires et les acquis
  • faire entendre leurs revendications
  • améliorer la situation des femmes

C’est aussi l’occasion de mobiliser en faveur des droits des femmes et de leur participation à la vie politique et économique. »

C’est pas de moi mais de notre ami le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.