La femme parfaite. Ce mythe qu’on veut ancrer en nous.

Cette femme parfaite qui défile dans les médias, sur les affiches, sur les podiums. On veut nous faire croire que c’est ça la perfection. Et les autres alors ? Bah les autres, elles seront victimes de body shaming toute leur vie si elles ne font pas ce qu’il faut pour ressembler à des clones…

C’est à cause de ces critiques permanentes et de cette recherche de la perfection que la plupart des femmes manquent de confiance en elles, d’estime d’elles même. La plupart des femmes détestent leur corps. On leur apprend dès le plus jeune âge qu’il faut qu’il soit parfait, ni trop maigre, ni trop gros.

Comment pouvons nous avoir une vie sereine si on n’a pas d’estime de soi ?

C’est pas facile d’assumer son physique. J’ai la chance de l’aimer et de l’assumer. Mais ce n’était pas toujours le cas.

Pour arriver à s’assumer, il faut faire un travail sur soi. C’est dur et c’est très long. Mais faut garder l’objectif en tête. Le but c’est de se sentir en phase et de vivre sa vie pleinement, pas à moitié et pas en demi teinte.
Quand on est bien dans sa tête, on est bien dans son corps, l’un ne va pas sans l’autre. Le plus dur, c’est de se lancer et de ne surtout pas croire que ça va être facile !

Mais en fait, on ne devrait pas à devoir le faire. Ca devrait être naturel, on ne devrait pas se poser de questions là dessus. Mais voilà chaque femme a été, est ou sera victime de body shaming. Quoi qu’on fasse et quelque soit notre physique, ça nous arrive. On demande aux femmes d’être parfaites. Mais parfaites aux yeux de qui ?

Photo Serge Collana

On est tellement critiquées sur nos physiques qu’on est obligées de montrer et de dire « voilà, ça c’est le vrai corps d’une femme ». Et on le fait parce que le monde à besoin d’approuver ce corps. Et c’est bien ça qui m’énerve.

Approuver ce corps. Voilà, on vit dans l’approbation permanente des autres sur notre corps. Comme si nous n’étions plus maîtresses de nos corps, de nos vies…

Une fois l’approbation faite par le monde entier, on n’est pas à l’abri des critiques. Parce que quand on accouche et qu’au bout d’une semaine, on n’a encore du ventre, alors là, c’est le déferlement de critiques, de body shaming et autres joyeusetés… Ou quand on prend du poids parce qu’on change de contraception, rebelote… Ou quand  les rides et les cheveux blancs apparaissent, vite faut les cacher pour ne pas effrayer le monde de dehors… Bref, quoi qu’on fasse… blablabla j’vais pas encore l’écrire…

Que faire alors ?

Déjà, faudrait commencer par le commencement en disant aux petites filles que nos corps ne sont ni sales, ni moches et qu’ils n’appartiennent à personne d’autre que soi même. Après, on peut apprendre aux petits garçons à ne pas se moquer des filles quand elles ont les seins qui poussent et à ne pas soulever leurs jupes… C’est un début.

En tout cas, moi, je vais continuer à mettre mon 42 avec ventre et vergetures intégrés sur la toile de l’internet mondial et apporter ma petite pierre à l’édifice en apprenant aux femmes à reprendre confiance en elles grâce aux cours de Burlesque.

Et toi, as-tu confiance en toi ? Fais-tu un travail pour retrouver ton estime ?