Le sachiez tu, le beau temps revient. L’occasion d’aller à l’école à pied et même en trottinette !

C’est un lundi comme un autre à la différence que c’est un lundi au soleil. Certains diront que c’est une chose qui n’arrivera jamais, que chaque fois c’est pareil, on est derrière les carreaux, qu’on travaille et que le ciel est beau, bah qu’est ce qu’il doit faire beau sur les routes le lundi au soleil.

Et pourtant, ce lundi ci, c’est vraiment un lundi au soleil.

Du coup, comme je suis une mère sympa, je décide d’aller chercher Chucky à l’école avec sa trottinette. Comme ça, elle pourra aller jouer au skate-parc après l’école.

La journée passe vite encore une fois et il est déjà 17h, l’heure de partir à l’école. Je m’arme de l’engin et je remonte le guidon pour qu’il soit à ma taille. Prise par un excès de confiance, je pose mon pied gauche sur la machine et je pousse avec l’autre pour amorcer la petite descente de ma rue.

C’est vraiment chouette, il fait super beau, j’ai mis mes lunettes de soleil et le vent sur mon visage me fait un bien fou. J’ai l’impression de voler et d’avoir de nouveau 8 ans. Mais il faut que je fasse gaffe aux cailloux sur mon passage. La trottinette est équipée d’un frein qui me permet de ralentir ma course à l’arrivée des passages dangereux parsemés de petits cailloux tous aussi traîtres les uns que les autres.

Plus loin dans ma rue, je passe devant le bâtiment viticole de mon voisin. Je le vois au loin qui discute avec son ouvrier et son beau-père. Ca cause machine agricole autour d’un tractopelle. Je ne les vois pas trop puisqu’ils ont garé leurs camionnettes sur le côté et plus je m’approche, plus ils se retrouvent cachés derrière.

Et puis d’un coup…

Perdue dans mes pensées, j’avais oublié qu’à cet endroit là, il y avait une grille pour l’évacuation des eaux de pluies…. La petite roue de la trottinette se coince dedans et je fais un vole plané en avant…

Alertés par le bruit, les trois hommes se précipitent dans la rue et me voient en train de me relever de ma chute.

« Ah mais oui mais tu fais de la trottinette en jupe et petites chaussures aussi » me dit mon voisin mort de rire.

Il est vrai que même si mes chaussures sont plates, elles ne sont pas adaptées tout comme ma jupe. Bref, encore une fois, j’ai fait mon « Jean-Claude » devant public.

J’ai fait 50 mètres. Encore 950 jusqu’à l’école !

Finalement, je suis arrivée sans autres embûches. Bah oui, j’ai croisé une amie à qui j’ai raconté ma mésaventure, du coup, elle m’a proposé de m’amener en voiture, c’est plus sûr pour moi…

La morale de cette histoire, c’est que je suis et je resterai toujours un boulet maladroit ! Alors autant continuer à tenter des trucs, sinon, je peux rester enfermée chez moi !

Et toi, t’es un pro de la trottinette ?