Ma vie.

C’est une succession de quiproquos.

Tiens par exemple, j’avais la révision de la voiture à faire et ça prenait des heures. J’étais à deux arrêts de bus de Ikea, du coup, je suis allée traîner dans les rayons.

2h dans le magasin à tout scruter et à rêver des trucs que j’aimerais bien faire dans la maison. 2H et je n’ai même pas craqué sur la moindre petite connerie à acheter.

Putain, j’étais trop fière de moi. Comme quoi, je suis forte et j’ai un mental d’acier !

Et puis….

La pluie est venue perturber ma fiertitude…

Sachant que le Ikea est à plus de 200m de l’arrêt de bus le plus proche, que le temps d’attente du bus est très long parce qu’il passe toutes les 20 minutes et que c’est le déluge avec grêle dehors, quelles sont mes chances d’attraper la mort ?

En calculant savamment le cosinus de Thalès au mètre cube par litre d’eau divisé par le résultat du diamètre du cône de ma chance, j’ai trouvé le résultat suivant : je vais crever de pneumonie et franchement, c’est  pas cool parce que c’est difficile de vivre dans un donjon quand on a la pneumonie…

Bref, j’ai acheté un parapluie chez Ikea. 3,50€ avec la carte, ça fera l’affaire. C’est con, j’en ai 3 ou 4 à la maison et au moins 2 dans la voiture…. Et en plus, j’ai attendu mille ans à la caisse rapide parce que y a un gars qui a acheté le magasin et que même pas il m’a laissé passer avec mon seul et unique article.

Après avoir gueulé toute ma haine d’impatience dans ma tête, je sors enfin du magasin et là…. Un putain de soleil avec ciel bleu et tout et tout… Pas une once de nuage gris à l’horizon, même pas un blanc tout petit. Rien, que dalle, nada, queue de chique, walou, pas un pète de pluie…. genre c’est l’été alos que deux minutes avant c’était la fin du Monde !

J’ai donc un parapluie neuf jamais ouvert. Un de plus.

L’histoire de ma vie.