J’ai peur pour mon école. Pour tous ses élèves. Pour nous, les parents. Et pour les trois enseignants et l’ATSEM qui œuvrent pour instruire nos enfants.

Dans mon école de village, il y a trois classes, une de maternelle, une de CP et CE1 et une de CE2, CM1 et CM2. Pas plus d’une cinquantaine d’élèves.

Nous avons aussi un périscolaire et une cantine.

Pourquoi ai-je peur de cette réforme ?

En premier, j’ai peur parce que pour moi, cette réforme est bâclée, fait à la va vite sans consulter les acteurs indissociables de l’instruction, à savoir les instituteurs, les directeurs d’école, mais aussi les parents.

Rien, nada, que dalle. Pas un mot, pas une lettre, pas de réelles concertations. Que des discours de politiciens qui ne veulent que prouvez, quoi qu’il en coute, qu’ils mettront en place les réformes annoncées lors du programme de la campagne présidentielle.

Ces discours qui nous brossent dans le sens du poil en nous assurant que nos enfants seront moins fatigués, plus attentifs en cours et qu’ils auront en plus de cela des activités sportives, artistiques ou culturelles pendant les temps de périscolaire .

Ils veulent faire une école nouvelle, avec des idées nouvelles. C’est bien. Mais ce n’est pas approfondi. Le sujet n’a pas été traité comme il faut. Les détails ont été oublié. la copie est mauvaise, bourrée de fautes et d’incohérences, la synthèse est aléatoire et trop vague et la conclusion trop hâtive.

Rythmes_scolaires_emploidutemps_238407

Et que dire de ces emplois du temps proposés…

Une telle copie vaudrait un zéro au bac de français…

Le « tout, tout de suite », ne fonctionne pas dans ce cas là. Ont-ils oublié qu’il s’agit de l’avenir de centaine de milliers d’enfants ? Des enfants qui en plus de grandir dans une France en crise, doivent en plus trinquer pour que les grands tentent de tenir leur paroles ? Mais pourquoi s’acharner sur une réforme si peu travaillée et si peu débattue avec les enseignants ?

Oui, une réforme est nécessaire. Evidemment qu’il faut faire évoluer l’école. Bien sûr que tout le monde doit y mettre du sien.

Mais nous ne sommes pas en Suède ni en Espagne. On ne fait pas changer tout un système en claquant des doigts, ni changer des modes de vies aussi facilement!

On m’a toujours appris que le travail bâclé n’est jamais récompensé. J’ai bien peur que cette réforme ne facilitera pas la scolarité des enfants. J’ai peur que cette réforme accroisse les inégalités.

Des écoles comme la mienne par exemple, n’a pas forcément les moyens de mettre en place la réforme, n’a pas forcément les moyens d’embaucher des intervenants, des animateurs pour les activités périscolaire et n’a pas forcement le budget pour mettre en place un centre de loisirs le mercredi après-midi. Et n’a pas forcement la place ni les infrastructures pour accueillir les activités…

Alors que vont faire nos enfants en dehors du travail scolaire? Je n’ai pas envie qu’ils passent deux heures à jouer au jeux de société ou a dessiner des chats! C’est de la garderie, pas de l’école!

Et au final, qui va payer pour tout ça ? L’Etat ? La région ? La communauté de communes ? Les parents ?

Non, ce sont les enfants. Ils le paieront sur leur avenir.

J’ai peur que ma petite école se retrouve engluée dans cette réforme sans pourvoir la mettre en place. J’ai peur qu’une ou plusieurs classes ferment. Je sais que certains parents (dont moi) ne pourront pas laisser leurs enfants dans cette école s’il n’y a pas d’accueil le mercredi après-midi.

J’espère sincèrement me tromper. J’espère sincèrement que cette réforme fera tout le contraire de ce que je pense et que les enfants en tireront un bénéfice.

On en reparle dans un an…

rythme-scolaire1

Et toi, tes impressions?