Cher François et Michel.

(Je me permets de vous appeler par vos prénoms car vous faites un peu parti de la famille.) (Un peu comme les tontons dont on a un peu honte mais qui nous font bien rire…)

Aujourd’hui, je vous adresse ce courrier pour vous parler de Pôle Emploi et de ses méthodes douteuses. Et pour illustrer,  je vais vous servir ma propre expérience. Mais je sais que beaucoup de français ayant connu le chômage vont se reconnaître!

J’étais demandeuse d’emploi depuis juin 2012, je me suis inscrite dans une agence Pôle Emploi. On m’a donné un listing des papiers à fournir. Je me suis exécutée. Je suis disciplinée. Un gentil mouton de la République.

Ma surprise fut grande quand j’ai reçu une lettre disant qu’il manquait des éléments alors que j’avais fourni les papiers plus que de raisons. Je sentais bien que ça commençait mal, mais je me suis re exécutée (et pas dans le sens propre du texte) (quoi qu’une exécution, c’est salissant).

Quand j’ai revu ma conseillère (ou mon conseiller) (je ne sais plus ça change constamment), je lui fais part de ma surprise quant à ce courrier. Elle (ou il) me répond : « ah mais la liste n’est pas complète en fait ! »… J’en reste coi (quoique le mot n’est pas assez fort, autant dire que j’en reste QUOI ?! devant cette réponse) (et non coït, ça n’a rien à voir).
Donc, dès le départ, Pôle Emploi fourni une liste erronée aux demandeurs d’emploi… Bien. Bel effort.

Paraîtrait aussi que je dois avoir un rendez-vous mensuel avec mon (ou ma ) conseiller(ère). Je l’ai vu une fois en octobre (rappelez-vous, que je me suis inscrite en juin). Depuis,  je reçois tous les mois un courrier me rendant les conclusions de mon rendez-vous mensuel…  Tous les mois… Depuis octobre… Ça fait sept courriers en complément de sept rendez-vous…
J’ai donc deux interrogations :

  1. Quels rendez-vous ?
  2. Est-ce ma jumelle maléfique qui y est allée à ma place ?
  3. Est-ce un rendez-vous imaginaire inventé par Pôle Emploi ?

Oui, ça fait trois, je vous l’accorde les gars.

Depuis, ma situation a changée. Je ne suis plus demandeuse d’emploi (et pas grâce à Pôle Emploi). J’ai retrouvé un travail (youpi!).
Un travail d’assistante d’audioprothésiste à 37.50 heures par semaine. Un contrat d’intérim de six mois certes, mais un travail, et un travail que j’aime en plus.

J’ai commencé le 21 mars. Au moment de l’actualisation mensuelle, je déclare les 52.50 heures travaillées afin de toucher en parti mon ARE (du 1 au 20 mars donc).

Et là, oh surprise, Pôle Emploi me verse la totalité de mon ARE me disant dans une gentille lettre d’insultes « VOUS N’AVEZ PAS DÉCLARE VOS HEURES !! » (ahahahaha…) et aussi « donnez nous le montant de votre salaire ! ». Pour info, j’avais fourni un bulletin de salaire avec ma déclaration (re ahahaha…). Bulletin sûrement égaré dans les méandres de la paperasserie Pôle-Employesque… A moins qu’il ait fini sur un listing de pièces justificatives pour nouvels inscrits (who knows)…
En appelant le 3949, numéro joignable à peu près jamais, le conseiller téléphonique m’a affirmé que la régularisation sera effectuée à la fin de mon contrat. Mais en fait non, c’est tout de suite (enfin un mois après). Je dois régler le trop perçu. Soit.

Le mois suivant, en déclarant 165 heures de travail et fourni encore un bulletin de salaire, je me suis dit que Pôle Emploi ferai le lien tout seul  comme un grand. Et que constatant que 165 est égal à plus d’un temps plein, mes ARE ne me seront pas versées.

J’y ai cru. Beaucoup. Très fort. Mais j’ai sous-estimé l’incompétence de Pôle Emploi vue que j’ai reçu la totalité des mes allocs… Je dois donc 1200 euros à Pole Emploi… Youpi…

Alors, si je vous écrit aujourd’hui, chers François et Michel, c’est parce qu’il parait que vous être un peu les chefs de la France et de ce fait, les redresseurs de torts.

J’ai donc une requête à formuler (nan plusieurs en fait):
Est il possible, s’il vous plaît, que vous fassiez en sorte d’accorder vos violons pour nous jouer une symphonie réaliste et non une cacophonie instrumentalisée par un orchestre fait avec des bouts de ficelle (je n’ai moi même pas compris cette métaphore mais bon…)?
En gros, pouvez vous vous préoccuper des vrais défis comme  l’aide à la recherche d’emploi au lieu de tout faire pour que les chômeurs se sentent encore plus désoeuvrés face à ce fléau?
N’y a t’il pas d’autre moyens de faciliter le retour à l’emploi plutôt que de construire des montagnes d’obstacles administratifs qui en découragent certains?

Nan parce que je veux rien dire mais, mais ça sent le  Michel Sapin quand même!

Oui, mais qui suis je pour demander de telles choses? Juste une citoyenne ex chômeuse, qui s’est battue pendant huit mois à grand coup de 600 candidatures envoyées pour trouver un emploi en intérim, qui souhaite une réorganisation de Pôle Emploi, une simplification des démarches administratives, une ligne droite vers l’emploi plutôt qu’un labyrinthe de paperasse géant (oué rien que ça!).

Nous sommes trois millions et plus à vouloir ce changement essentiel au bon fonctionnement de notre pays (ndlr: la France) (juste au cas où). Oui, c’est pas facile, mais bon, normalement, vous avez été élus pour ça (enfin juste toi, François).
Et juste en passant, plutôt que de s’évertuer à proposer des réformes scolaire ou du congés parental sans queue ni tête, attelez vous à l’emploi… Nan parce que ce que vous faites, c’est comme si on greffait un poumon pendant un pontage coronarien, ça ne sert à rien (et je suis diplômée Es Wikipedia en médecine en plus)…

La crise? Quelle crise? Ah oui la crise, la récession toussa… Bah j’ai envie de dire, c’est comme au golf, il a des handicaps (ah bah sinon, c’est pas drôle!).

Allez, faisait pas la tête! On va y arriver!

Bien à vous.

Harmony De Bobo

François et Michel

« Regarde François, Y a des français là bas? On fait quoi? »